mercredi 24 décembre 2014

Échange Facebook journée du 24/12/14




Marc Ona et les autres...Moi je pense que vous mettez trop de charge sur les leaders du Front: le peuple Gabonais doit se libérer de lui-même, le Front n'est là qu'en appoint. Les leaders du Front ont mis le train sur les rails. Le changement et la conquête des droits ne s'opèrent pas, par procuration. C'est au peuple Gabonais de s'interposer et de donner le sens à ses institutions et à sa justice, ne dit-on pas que la loi est dictée au nom du peuple?

Si vous pensez que la confiance qu'a la population vis-à-vis du Front se limite au déplacement à cette convocation c'est que nous ne sommes pas sortis de l'auberge... Espagnole.
Se rendre à cette convocation est d'abord un acte de bravoure et de défiance de la part des membres du Front, à cette vitesse, le pouvoir finira par déraper et créer lui-même les conditions de la contestation générale...
Aussi, Le Front ne se contredit pas, ne pas reconnaître ALI Bongo comme président ne veut pas dire que la république s'écroule avec, ou encore que la république se confond à l'individu. 


Les leaders du Front, refusent d'être interrogés individuellement et adoptent une position de défense commune. Au final, ils ont refusé de se soumettre aux interrogatoires Parce qu'ils n'ont plus confiance à la justice Gabonaise.
Après 1h, ils sont repartis libres.

Journée du samedi 20 Décembre 2014 
INTERDIT NE VEUT PAS DIRE ANNULÉ

LA LOI EST DITE AU NOM DU PEUPLE GABONAIS ET AU NOM DU PEUPLE GABONAIS: IL EST INTERDIT D'INTERDIRE AU PEUPLE L'EXERCICE DE SA SOUVERAINETÉ. LE PAYS GLISSE, LE GABON PART EN COUILLES, IL EST IMPOSSIBLE DE FAIRE MARCHE ARRIÈRE
Sauf à faire profession du dénigrement systématique, l'existence de signes du changement ne peut échapper à l'observation. Désavoué par les opinions, contesté par les siens, menacé par la rue qui gronde, sans acte de naissance, ALI BONGO EST SUR LA VOIE DE SORTIE
Pour se maintenir, IL va tenter l'utilisation de la force mais cette voie en plus du fait qu'elle ne fait pas de trie dans ses victimes, est SANS ISSUE.
RENDEZ-NOUS NOTRE PAYS! SANS HAINE, NI RANCUNE, JUSTE GABON D'ABORD

Pourquoi êtes-vous inquiets? C'est VOUS le pouvoir, la décision c'est VOUS


Dimanche 21 décembre 2014

Finalement, Il est plus facile à Ali Bongo d'envoyer la troupe massacrée des Gabonais plutôt que produire un acte de naissance ou un test ADN. De d'illégitimité politique (élections truquées), nous sommes passés à l'illégalité politique (faux au sommet de l'État). 
Quant je vois certains Gabonais et nos militaires défendre L'ÉTAT-ACCROMBESSI AU GABON, je dis Pitié!!!!!



Lundi 22 décembre 2014

Le régime se trompe d'adversaires plus-que-lopposition, les vrais problèmes du Gabon sont ailleurs: la faillite généralisée d'un pays riche. Le front social, la crise des liquidités et des finances publiques. Dans ces cas-là, l'armée n'est d'aucune utilité..
Ça va coincer à un moment ou l'autre, vraiment coincer!