mercredi 17 avril 2013

Avec le Diable on prend l'ascenseur


Avec le Diable on prend l'ascenseur...

Le ras le bol qui s'exprime de façon spontanée par les Gabonais via à vis de la déferlante criminelle est un bon signe des temps. Il faut condamner ces crime rituels, ces crimes moyenâgeux qui font du GABON un pays atypique. Au milieu des années 1970, élève à l'école St Mont-fort de Libreville, mes camarades et moi subissions déjà les assauts de la "voiture noire". Combien de "pièces détachées", d'organes d'enfants ont été retrouvés derrière les malles de voitures à l'époque? Le phénomène de crimes rituels nous hantait dans notre enfance et ne date pas d'aujourd'hui. Avec l'Emergence, ce phénomène a émergé puissance dix. Le Danger est devenu le quotidien de nos enfants , le cauchemar des parents.
Si les crimes rituels existent au GABON c'est sans doute d'abord parce que ce pays est malade de 46 ans d'obscurantisme politique. À cela on doit ajouter la floraison de sociétés secrètes, de cercles mystiques, d'association ésotérique et de saints des derniers jours.... Tout ça! dans un petit pays qui vient à peine de passer la barre du Million d'habitants.
Au commencement, pour combler le vide de l'administration, le pouvoir politique de Bongo-père recrutait des chasseurs d'éléphants, des pisteurs de sangliers , des arracheurs de manioc pour en faire des hauts fonctionnaires, des cadres de l'armée. Ils furent des décideurs pendant 42ans. Et, ainsi avec ces hommes commença le Bongoïsme et son avatar: le PDG (Parti Démocratique Gabonais).
Pour être un bon Bongoïste, un fervent PDGiste il fallait être "un bon chasseur". Pour preuve ce slogan du petit livre vert du grand camarade président résumait tout: "quand un Gabonais va à la chasse tout le village partage le Gibier". Formatés par le régime politique, les Gabonais sont repartis à la chasse, à la chasse au pouvoir, aux honneurs, au gain facile, à la puissance, à la Magie... Très vite, La société s'est coupée en deux: les "magiciens" d'un côté, les paisibles citoyens de l'autre.
Comment ne pas être tenté par la magie et la sorcellerie quand Franc-maçonnerie et rose-croix rythment avec Pouvoir-Argent-Puissance? Comment est perçu l'image que renvoie tout l'appareil administrato-politique du pays quand la totalité des ministres, des hauts fonctionnaire, du sommet de l'État, émargent dans les livres ouverts d'une société secrète mystique ou ésotérique?
Aux rites ésotériques occidentaux, les Gabonais y ont associé leurs pratiques animistes. Aussi, il est fréquent de rencontrer un "franc maçon bwitiste", un "rosicrucien djobiste", un "bieriste eckekanr".... Évidemment, le mélange des genres n'étant pas prévu, le résultat ne peut être que Diabolique...
Bien entendu, avec le Diable on prend l'ascenseur, avec le Diable on peut toujours s'arranger...mais à quel prix? quelle est la contrepartie?
Il suffit d'être membre d'une société secrète où l'on croise les "grands du pays" pour se sentir puissant, au-dessus des Lois et de la mêlée. Ainsi va le Gabon.... Il règne une telle impunité qu'on se demande s'il on est dans un État ou dans une propriété privée? Le Gabon 46 ans après est une brousse. Une brousse de magiciens...
La société Gabonaise est malade, malade de sa malchance. Cette malchance de l'histoire qui est ce régime en place depuis 46 ans et bientôt 47ans.
Ce pouvoir a fait des Gabonais des gens sans honte, des fous. Ils sont capables de convoiter votre maison, votre voiture, votre fille, votre sœur , votre femme... Dans le seul but d'assouvir des rêves de puissance mystico-criminels. Notre société est pourrie, tout est à refaire. Le Gabon est à réinventer.
Sans remettre en question le principe de liberté d'association, de croyance et de culte inscrit dans la Constitution; la mainmise des sociétés secrètes dans notre pays doit faire l'objet d'un débat afin de légiférer. Pour l'instant, les criminels courent toujours...
A Lire aussi:
http://guiloubitsutsugielessen.blogspot.com/2012/11/gabon-bienvenue-chez-les-francs-macons.html?m=1