mercredi 30 juillet 2014

Avantage Ping


Guerre des interviews sur France 24.... Avantage Ping
Il ne suffit pas de savoir parler pour être un bon communicant... Pour la forme, Bilié Bi Nze c'est indéniable sait parler le français avec une expression froide dans son visage qui ne laisse apparaître aucune émotion. Un visage tout rond, des yeux bridés par le soleil équatorial, d'ailleurs tout comme Ping on aurait pu dire que Bilié Bi Nze à des ancêtres chinois.
Pour le fond, il manque à Bilié Bi Nze les règles élémentaires de la stratégie qui règle la communication de pouvoir:
1-) tout comme de nombreuses choses dans la vie La Précipitation est mauvaise conseillère . Une communication du pouvoir ne se fait pas dans la précipitation et surtout en mode "réponse du berger à la bergère".
2-) On ne suit jamais un adversaire sur son terrain: c'est voué à l'échec. La victoire à Austerlitz de Napoléon est là pour nous le rappeler. Dans ce cas précis France 24 n'aurai pas dû être le média de la controverse.
3-) Quand un vecteur de la communication du pouvoir institutionnel répond dans le but de porter la contradiction à un individu fut-il Jean Ping, cela est contre-productif et ne fait qu'amplifier le discours de cet individu en lui donnant une audience plus grande. Par conséquent, en voulant éteindre la polémique, le pouvoir n'a fait que l'amplifier et au passage se discrédite lui même.
Pour plaire au Prince et justifier de ses émoluments, Bilié Bi Nze s'enfonce tous les jours dans la communication outrancière. Parler pour parler, de tout et de rien tout en s'éloignant toujours un peu plus de la réalité du quotidien des Gabonais. Une communication présidentielle doit être au-dessus de la mêlée et doit être axée sur l'action des pouvoirs publics pour le développement du pays. Pourquoi exposer tout un État, vouée aux gémonies du ridicule tout un pays simplement pour seule réponse à Jean Ping?