samedi 12 juillet 2014

Comment sortir de l'hypercritique?


Impuissant face à nos malheurs, le risque est de tomber dans l'hypercritique. Si plus rien n’est vrai, plus rien n’existe....

L'hypercritique est une création sociale, et comme toute création sociale, elle est façonné par ceux qui y croient et qui se créent leurs propres récits.
Nous sommes devenus esclaves de notre vision du monde entretenu par notre critique: le monde doit être comme on le souhaite et non pas comme on le vie.
On critique tout afin, de donner un sens à notre existence, aussi, en trouvant un sens à nos malheurs, nous allons redonner du sens à notre vie.
Facebook et les réseaux sociaux aidant: le concept de l'hypercritique est aisé
et c'est précisément ce point qui explique son succès.

Sans moyens d'action pour infléchir le cour de l'histoire, "l'hypercritique" a tendance à condamner et à remettre en question toute réalité, que ce soit dans le domaine politique, économique ou médiatique... Cet appétit pour la critique, le soupçon, est insatiable.
Absent de la scène, hors de toutes réalités, "l'hypercritique" se met en valeur tout en se fondant dans ses angoisses... Du coup, chacun cherche des indices et des raccourcis pour assouvir ce besoin de rentrer dans l'hypercritique quitte à sacrifier la rationalité, par là même la vérité.... La désinformation devient un élément accessible à tous.

Comment sortir de l'hypercritique et de l'observation attentiste? Doit-on créer autrement les conditions qui doivent nous permette de changer notre monde?
L'action est-il un remède à l'hypercritique?