samedi 5 avril 2014

Sud Soudan: Doit-on envisager une partition du pays?

Après la partition du Soudan, doit-on envisager une partition du Sud-Soudan?

Tout d'abord le sud-Soudan est né de la séparation de la Région autonome du Soudan du Sud et de la République du Soudan en 2011. Cette indépendance voulue par les Ėtats-Unis est l'issue d'un long conflit 1983-2005) qui opposa le pouvoir Arabophone et musulman du Nord aux population animistes du Sud conduite par John Garang. Après un référendum (98% en faveur de la sécession), Khartoum se résout à se défaire de sa province. Le nouveau pays est immédiatement reconnu par la plupart des gouvernements occidentaux, Etats-Unis en tête.
Tout se passait tant bien que mal jusqu'à la mi-décembre 2013. Dès lors, le Soudan du Sud est le théâtre d'un conflit qui a fait des milliers de morts et plusieurs centaines de milliers de déplacés. Un cessez-le-feu laborieusement signé fin janvier n'a pas été respecté.
Le conflit à l'origine est une lutte entre deux hommes: le président Salva Kiir (de l’ethnie Dinka 35,8 % de la population John Garang était Dinka) accuse son ancien vice-président, Riek Machar (de l’ethnie Nuer, 15,6% de la population) d’avoir tenté de l’évincer par un coup d’Etat. Faux, répond ce dernier. Certaines indiscrétions parle d'un "Deal" qui n'a pas été respecté entre les deux hommes forts du pays : Kiir avait promis de lâcher le pouvoir après son mandat et ses conseillers l’en ont dissuadé alors que Machar attendait son heure.
Dès lors, l’armée se déchire entre loyalistes et groupes rebelles. Ils s’affrontent tout d’abord dans la capitale, Juba. Puis le conflit s’étend au reste du pays.

Dans ce conflit, le facteur pétrolier n'est pas en reste: En devenant indépendant, le Soudan du Sud a récupéré les trois-quarts des réserves pétrolière du Soudan pré-partition, mais Khartoum continue d'en tirer d'importantes ressources, grâce aux redevances de passage de ce brut dans ses oléoducs, sans lesquels il ne peut être exporté. Les combats font rage pour le contrôle des régions pétrolières. Le conflit est d'ailleurs exacerbé par le pétrole et en même temps la production sud-soudanaise de brut - quasi-unique source de revenus du pays - a baissé de 29% depuis le début du conflit. Les risques d'interruption totale de la production sud-soudanaise, inquiète le Soudan.

Si les combats sont partis d'un lutte de pouvoir au sein du régime sud-soudanais ils ont aussi ravivé de vieilles alliances et tensions régionales. Au coeur des préoccupations: le rôle de l'Ouganda, qui a envoyé des troupes combattre aux côtés de l'armée sud-soudanaise dès le début de la crise, et la résurgence de mouvements armés actifs durant la guerre civile soudanaise.
Mais aussi et surtout l'animosité réciproque que se vouent le président ougandais Yoweri Museveni et son homologue soudanais Omar el-Béchir. Elle remonte aux années de guerre civile soudanaise, le premier soutenant alors la rébellion sudiste et le second étant accusé d'armer la sinistre Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Avec la présence de troupes ougandaises en territoire sud-soudanais, notamment dans des zones pétrolifères proches de la frontière soudanaise, les analystes craignent que Khartoum passe à l'offensive, en réarmant - comme il l'a fait durant la guerre civile - des mouvements supplétifs au Soudan du Sud. D'autant que le camp Machar affirme qu'outre l'armée ougandaise, des rebelles soudanais affrontent Khartoum au Darfour depuis 2003 et combattent également aux côtés des forces pro-gouvernementales sud-soudanaises.

Avec une population de 10,8 Millions d'habitants près de 40% des Sud-Soudanais, sont menacés par "la pire famine que l'Afrique ait jamais connue depuis des décennies", a averti jeudi 3 Avril l'ONU. L'ONU demande une augmentation de l'aide et un cessez-le-feu. Après une série de menaces, les États-Unis haussent le ton et passent à l'action. Barack Obama signe le 3 mars, un décret autorisant les administrations américaines à prévoir des sanctions contre toute personne au Soudan du Sud qui menacerait les efforts de paix, ou encore commettrait des violations de droits de l'homme.
La guerre continue, les Nuer et les Dinka s'entretuent toujours...
Quelles sont les scénarios possibles de sortie de crise?