mercredi 2 janvier 2013

Mes voeux pour 2013




Gabonaises, Gabonais mes chers compatriotes, militants et sympathisants de l'URDP (Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès), c'est avec beaucoup de joie, que je vous présente mes vœux, de santé, de prospérité, et de paix pour l'année 2013. L'année 2012 a été une année difficile, pour nous tous. Et elle s'achève, en silence et sans éclats.

Mes chers compatriotes, l’année 2013 doit être l’occasion de rejeter toute forme de fatalité, toute forme de lâcheté, toute forme de corruption, qui nous font perdre nos valeurs.

Ce pays nous appartient. Aucune position n'est éternelle, aucune image n'est figée, nous pouvons le changer pour peu que nous soyons déterminés, courageux et unis. Mettons hors de nous cet égoïsme qui fait passer l’intérêt particulier au dessus de l'intérêt général. Cette posture alimente la soumission de Tous à la misère. L’année 2013 doit être une année de sursaut national, de prise en main de notre destin commun, et doit dessiner les contours de notre futur. Notre pays, le Gabon, a été de tous temps une terre de paix, de partage et d'accueil. Le Gabon, notre pays, celui de nos grands pères, de nos pères, n'est plus le miroir de notre destin commun.

Le Gabon, notre pays, est dirigé par une secte organisée en mafia et dont les activités principales sont les crimes rituels, les crimes économiques et la délinquance financière. Jamais le Gabon, Notre Pays, n'a été autant sous le joug d’oligarques érigés en clique malfaisante et odieuse.
Jamais le Gabon Notre Pays, n'a autant enrichi les riches et appauvri les pauvres. Notre devoir de citoyen est de mettre fin à ce constat.

Réapproprions nous notre Souveraineté, notre Liberté, notre Pays.

Mes vœux les plus chers vont aussi à tous ceux et celles en souffrance, malades, meurtris par le chômage, qui vivent dans des quartiers sous intégrés, sans écoles, qui subissent les inondations, sans électricité et eau courante chez eux.

Cette majorité silencieuse de Gabonais qui vit comme une éternelle fatalité cette situation.
A vous tous, mes sincères vœux.

L'année 2013, nous le souhaitons, va faire disparaitre ce scénario catastrophe que nous vivons depuis 2009 et qui atteint son paroxysme en 2012. Cette année va être un tournant crucial, pour l'avenir du pays, et pour le bien être de nos populations, afin que chacun puisse vivre dignement.

Dans les différents messages, articles, commentaires et déclarations que nous vous avons adressés, nous avons été clairs et précis quant à la situation politico-économique actuelle, tout va été dit et expliqué.
Notre parti politique, l’URDP, s'inscrit dans une opposition constructive, libre et imaginative, nous réaffirmons que les bases élémentaires d'une activité politique au Gabon ne sont pas réunies.
2013 est une année électorale, et nous réaffirmons qu'aucune élection ne peut être organisée de façon crédible et transparente avec le pouvoir actuel. Cette année sera l’occasion pour nous de donner une réponse claire à la hauteur du refus du pouvoir d’engager le Dialogue National. Aussi, de façon spontanée près de 10 000 personnes, à ce jour ce sont inscrites pour la CNS. C’est un bon signe du temps et 2013 verra ce chiffre triplé. Cette participation citoyenne est cruciale pour la refondation de nos institutions.
Gabonaises, Gabonais, militants et sympathisants de l’URDP, ce Pays est l’héritage de nos ancêtres. Aucune faction du peuple, aucune organisation ne peut se l’approprier. L’histoire nous a démontré que toute position dominante est éphémère et que le destin commun d’un peuple n’est pas une fatalité.

Ensemble soyons forts !

Mes chers compatriotes, militants et sympathisants de l'URDP, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2013 et que Dieu bénisse le Gabon.

Guillou Bitsutsu Gielessen , secrétaire exécutif de l'URDP
31 décembre 2012