mardi 8 janvier 2013

Compte rendu de la Réunion Publique de l’URDP à Paris le 5 Janvier 2013





Le samedi 5 janvier 2013, l’Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès (URDP) a convié la diaspora gabonaise à une rencontre qui s'est tenue à Paris. Celle-ci a été animée par le secrétaire exécutif de l'URDP, le Dr Guilou BITSUTSU-GIELESSEN.

Après un message de bienvenue et de vœux pour 2013, le Dr Guilou BITSUTSU-GIELESSEN a procédé à une présentation de l'URDP. Ce parti de l'Opposition Gabonaise a été créé en 1998 par le Dr Jean-Marcel MALOLAS Professeur de droit public ; ce dernier en assure également la présidence. L'URDP est membre de la Coalition des Partis Politiques pour l'Alternance (CPPA) ainsi que de l'Union des Forces pour l'Alternance (UFA). Depuis sa création, l'URDP s'est toujours refusée à toute forme de compromission avec le pouvoir, malgré une taille et des ressources modestes.

Le Dr BITSUTSU-GIELESSEN a ensuite exposé la vision politique de l'URDP pour cette année. Celle-ci peut être résumée par les points suivants :
- volonté de contribuer au renouvellement de l'élite politique ;          
- toutes les élections au Gabon nous ont amenés à une impasse qui perpétue la dictature
- refus de participer aux éventuelles élections locales pour les mêmes raisons qui ont conduit au boycott des dernières élections législatives ;
- aucune élection ne peut être légitime au Gabon tant que le régime et les institutions actuelles perdurent et sans que ne soit procédé à leur refonte ;
- pour sortir durablement de la crise profonde que le Gabon connaît, nous n'avons le choix qu'entre une voie violente, celle de la prise du pouvoir par le peuple souverain et une voie pacifique dont la Conférence Nationale Souveraine sera un des outils incontournables ;
- le combat ne doit pas uniquement cibler une famille, un clan mais un système profondément ancré.

La deuxième partie de la rencontre a consisté en un jeu de questions-réponses avec l'auditoire. Les principales interrogations ont tourné autour de l'actualité politique du pays ainsi que sur les stratégies de l'Opposition pour sortir de la situation dans laquelle nous sommes engluée depuis trop longtemps.

Concernant cette dernière question, le Dr BITSUTSU-GIELESSEN a tenu à insister sur les points suivants :
- l'opposition, c'est d'abord et avant tout chacun de nous et non les partis politiques et leurs leaders, c'est d'abord à nous de nous organiser et de prendre nos responsabilités ;
- il faut que nous cessions de nourrir une forme de complexe du sauveur en pensant que la solution est d'abord à attendre des responsables des partis ;
- nous sommes à un niveau de crise tel que nous ne pouvons plus nous octroyer le luxe d'être tiède dans le combat actuel.

En guise de conclusion, le Dr BITSUTSU-GIELESSEN a tenu à réaffirmer la volonté de l'URDP de susciter et d’encourager les efforts et les volontés, fédérer les hommes et les femmes tant au niveau du Gabon que de la diaspora pour une issue démocratique de la crise Gabonaise dans le respect de nos aspirations au changement. Le Gabon que nous souhaitons tous qui sortira de notre combat pour la Liberté sera respectueux de notre idéal. Cette rencontre avec la diaspora parisienne n'est donc que la première d'une série d'autres qui auront lieu dans d'autres villes.