mardi 3 septembre 2013

Le Schtroumpf de Ndjolé et Iznogood

Le Schtroumpf de Ndjolé et Iznogood

Je me suis rendu au marché chez les Camairs ; elles m’ont dit : «  be bele zame, be bele Ki, la qualité là là, c’est fini ; ya plus ça ici ». Mais par Dieu! Mais où Ali Bongo a t-il déniché des perles aussi rares? Un Schtroumpf de Ndjolé et le non moins célèbre Iznogood, celui qui veut être Calife à la place du Calife ou la version « in » de Mbot le crapaud qui voulait devenir aussi gros qu’un bœuf.
Chacun d'entre vous peut toucher du doigt les réalisations faites par l’émergence depuis 4 ans... Mais bon! Je vous déconseille de faire le déplacement connectez-vous simplement en mode bluetooth à l'un des deux supers héros de l'émergence. Liban Souleiman; parait-il l'un affirme être originaire de Ndjolé, les Ndjolélois le surnomme " le Schtroumpf "; l'autre c'est Iznogood alias Bilié Bi Nze, tout est bon pour lui, surtout lui-même. Faites votre choix:
- " Le Schtroumpf de Ndjolé », « le monsieur je prends la parole c'est moi qui sait", qui confond dans chaque mot les préfixes et les suffixes, qui vient sur les plateaux télévisés avec une tonne de notes et comme cela ne suffit pas, notre Schtroumpf de Ndjolé y ajoute un prompteur caché derrière la caméra pour lire les réponses. D'ailleurs lors de leur dernier passage à la télé en voulant aider Magloire Gambia (qui n'en avait pas besoin) il lui glisse ses fameuses notes. Pauvre Gambia la tête basse, le nez pointé sur la table pendant toute l'émission, n'arrivait pas à lire les notes du "monsieur je prends la parole c'est moi qui sait". Courageux, ce Magloire Gambia; Essayer de lire des notes qui ne sont qu'un concentré de charabia, de feuilles de manioc et de fautes de français. Comme dit la chanson "ce n’est pas n'importe qui, qui fait le CP2....".
Aussi, Monsieur le président avec la rentrée des classes qui arrive nous avons déjà beaucoup de problèmes, qu'on ne nous en rajoute pas. Quand « le monsieur je prends la parole c'est moi qui sait" alias le Schtroumpf de Ndjolé  passe à la télé, sachez-le : mes enfants pleurent, ma femme tombe malade et moi je dors dehors. S' il vous plaît interdisez la télé au  Schtroumpf de Ndjolé. Gardez-le pour vous au  palais. Engongol...

- En suite, vous avez le premier de la classe celui là même qui corrige les pompeurs, ceux qui viennent avec des notes.  Lui il à tout dans la tête rien n'avoir avec l'autre. Lui, noooon! Il est trop fort, fort en chocolat. Iznogood: il s'adresse aux journalistes comme si le Calife c'était Lui. Il est capable de vous vendre le paradis en enfer. Quand vous apercevez 3 logements à l'horizon, Lui, il en voit 5000. Avec Lui, les griots ont menti,  rien ne se perd, rien ne se vole, tout se justifie. Lui c'est Ali mais personne n'est Lui...
Quand on lui demande de faire une émission de télé réalité avec "les autres", Lui, il boude. Il veut être seul face à la caméra, seul face aux Gabonais. Avec un peu de chance sans doute, c'est notre prochain Calife. Le Gabon ne nous a t-il pas habitué aux faits divers?

Toujours est-il que nos deux supers héros de l'émergence nous ont prédit  l'avenir. Ils nous promettent 3600 kilomètres de routes bitumées d'ici 2016. Si l'on considère que 2013 est fini,par conséquent,il reste en gros 2 ans avant l'échéance: ce qui fait 1800 kilomètres de routes par an. Sachez, qu'en 3 ans entre 2010 et 2013 ils affirment avoir réalisé "à peine" 768 kilomètres de goudrons.....
La route devient-elle le nouvel horizon de l'émergence? Comment peut-on s'endetter sans avoir soldé le premier engagement: les 5000 logements par an?
Avec de pareils spécimens les voies de l’émergence sont impénétrables….